Nous suivre Stores & Fermetures

Pierre Lorillard, directeur général délégué du groupe Lorillard : « Notre plan d'investissements est maintenu »

La rédaction

Mis à jour le à

Sujets relatifs :

, ,

 

La profession au temps
de la Covid-19

Stores & Fermetures donne la parole aux acteurs de la filière.
L’annonce du confinement, ses effets sur la profession, comment les professionnels se sont organisés au temps de la Covid-19, leur capacité à réagir pour relancer l’activité le plus vite possible sans risque sanitaire, leur esprit d’innovation et de remise en question, les conséquences de la pandémie sur leur activité, leur vision de l’avenir à court et moyen... Ils se livrent.

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Pierre Lorillard, directeur général délégué du groupe Lorillard : « Notre plan d'investissements est maintenu »

Pierre Lorillard, directeur général délégué du groupe Lorillard

Si, comme beaucoup dans la profession, le personnel de Lorillard a été sonné par l’arrêt brutal d’activité mi-mars, la reprise a pu s’amorcer dès le 8 avril, limitant les conséquence économiques pour le groupe. Pierre Lorillard, directeur général délégué du groupe, confirme que ce dernier maintient son plan d’investissement. Les changements amorcés pendant la crise sanitaire sont plus de l’ordre des rapports plus humains dans les relations internes et l’animation du réseau.

Quels ont été les effets de la pandémie et du confinement sur votre activité ?

À l’annonce du confinement, nous avons décidé d’arrêter immédiatement l’activité de l’ensemble du groupe. Nous avons fait ce qui nous semblait être le mieux face à une situation inédite et inimaginable pour tous. Nous intervenons auprès de plusieurs typologies de clients – bailleurs sociaux, clients institutionnels, particuliers, copropriétés, professionnels du bâtiment – mais quel que soit le marché, l’annonce du confinement a sonné l’arrêt brutal de nos activités commerciales et de pose. Nous devions protéger nos salariés et notre entreprise de ce virus qui se propageait à grande vitesse. L’arrêt de la production et des services transverses était inévitable.

Quelles mesures ont été prises dans l’organisation de votre entreprise pour vous adapter à la situation et pourquoi ces choix ?

Nous nous doutions que cette situation de confinement allait perdurer au-delà des 15 jours initialement prévus. Nous avons donc rapidement mis en place le chômage partiel pour la majorité des salariés et le télétravail quand cela était nécessaire et possible, dès le 17 mars. Cela a servi d’une part, à assurer la pérennité de l’entreprise avec la prise en charge par l’État des coûts salariaux liés au chômage partiel et, d’autre part, une continuité de service essentielle (comptabilité, informatique, RH, etc). Sur 1 050 salariés, entre 80 et 100 ont poursuivi en télétravail.

Comment le personnel a-t-il réagi/participé à ce dispositif de crise ?

Cette décision d’arrêter brutalement l’activité, qui a suivi l’annonce tout aussi soudaine du confinement, a surpris l’ensemble des salariés. Les réactions ont été différentes en fonction des métiers et des personnes, donc il m’est difficile de généraliser. Mais quoi qu’il en soit, personne n’était préparé à cette pandémie et à ses conséquences. Une fois la phase de stupéfaction passée, le personnel s’est organisé en alternant chômage partiel et télétravail pour assurer la continuité de service et pour préparer l’après-confinement.

Avez-vous demandé des aides financières (PGE et autres) ?

Oui, nous avons fait une demande de PGE.  En parallèle, nous avons organisé un plan global d’optimisation des coûts.    

Quand et comment s’est déroulé le redémarrage de l’activité ?

Moins d’un mois après, nous avons pu reprendre notre activité dans le plus strict respect des mesures sanitaires. Depuis le 8 avril, l’unité de production de menuiseries bois a redémarré. Dès le lundi 20 avril, ce sont les productions des menuiseries en aluminium et en PVC qui ont repris. Nous assurons désormais les livraisons nécessaires à la reprise de l’activité de nos clients professionnels.

Quelles mesures et adaptations ont dû être prises en interne pour respecter les différentes consignes sanitaires ?

Nous avons travaillé d’arrache-pied avec les équipes internes et notamment le service HSE pour la mise en œuvre des mesures barrières indispensables pour garantir la sécurité de nos collaborateurs et celle de nos clients.

Le document unique d’évaluation des risques DUER a été adapté et intègre toutes les procédures Covid spécifiques à chacun des métiers de l’entreprise : production, commerce, pose, services support… Il donne à l’ensemble des équipes les protocoles sanitaires et les outils nécessaires pour les appliquer. Nous avons également réalisé plusieurs sessions de formation Covid auprès de nos salariés, pour la sécurité et la prévention des risques.

Les postes et les zones de travail ont été aménagés pour permettre de respecter la distanciation physique de 4 m² autour de chaque travailleur. De même, les lieux et temps de pause et de restauration ont été adaptés. Nous avons mis en place un certain nombre d’affichages, parois de protection, signalisations et mis à disposition du gel hydro-alcoolique, des masques et des gants pour nos salariés.

Quelles sont les conséquences à court terme sur votre volume d’activité et vos ventes ? Comment envisagez-vous l’avenir à court et moyen terme ?

Peu d’entreprises peuvent se targuer de ne pas ressentir les effets négatifs de cette pandémie sur leur activité. En ce qui nous concerne, nous estimons une baisse de 25 % sur notre chiffre d’affaires annuel. Néanmoins, nous envisageons l’avenir avec sérénité grâce à un carnet de commandes pour Lorillard Entreprise pour plus d’un an. Malgré cette crise, nous avons décidé de maintenir notre plan d’investissement de 33 millions annoncé en début d’année. Depuis le 11 mai, nous observons une augmentation très significative des contacts chez Lorenove et Lorebat, pour l’activité liée aux particuliers, ainsi que des commandes Web sur e-lori, notre portail de vente aux professionnels. Dès que l’ensemble de nos clients nous aura autorisés à reprendre le travail, le redémarrage des chantiers sera effectif. L’activité devrait reprendre sur la même lancée qu’en début d’année.

Qu’avez-vous appris durant cette période de crise sur votre process, sur les hommes et femmes qui travaillent avec vous ?

Nous avons pris conscience que certains process de tous les jours pouvaient être simplifiés. L’activité réduite et à distance a permis de sortir la tête du guidon et de repenser nos façons de communiquer et de travailler.

En ce qui concerne nos collaborateurs, leur manière d’aborder la situation et de s’adapter a confirmé leur état d’esprit général et leur engagement. 

Certains changements effectués pendant la période de confinement vont-ils perdurer, parce que vous vous êtes aperçus qu’ils étaient bénéfiques pour l’entreprise ?

La mise en place du télétravail est un projet qui avait été engagé juste avant le confinement. Il est clair que cette période a fait accélérer les choses et nous a permis d’en constater, de manière plus pragmatique, les bénéfices. Nous instaurerons donc à l’avenir un ou deux jours de télétravail pour les postes le permettant.

Nous avons pris conscience également de la nécessité de réduire nos déplacements. Sans couper complètement le contact humain, passer moins de temps sur les routes nous fera gagner en efficacité et est complémentaire aux actions environnementales déjà initiées par le groupe.

Pendant le confinement, nous avons optimisé nos façons de communiquer et de procéder : en allant davantage à l’essentiel dans le développement des projets, nous accélérons leur réalisation et gagnons en agilité. Les échanges en visioconférence, la réalisation de vidéos, de webinaires, ont donné un élan plus humain à notre communication et à notre animation clients dans cette période où chacun vivait l’isolement physique.

 Propos recueillis par Véronique Cottier – mi-mai 2020

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter flash Stores & Fermetures


Menuisier d’atelier et chantier H/F

GOMETZ LE CHATEL

Menuisier d’atelier et chantier H/F

DEMATTEC, est une entreprise de menuiserie, bois et matériaux de synthèse...


CONDUCTEUR DE TRAVAUX GROS OEUVRE H/F

OBERNAI

CONDUCTEUR DE TRAVAUX GROS OEUVRE H/F

La société SCHREIBER, implantée à Otrott, PME d’environ 40 salariés,...


Responsable des Services Généraux H/F

MASSY

Responsable des Services Généraux H/F

Apprentis d’Auteuil, est une fondation catholique reconnue d’utilité...

Nous vous recommandons

Virginie Fayemendy, responsable HSE du groupe Lorillard

Virginie Fayemendy, responsable HSE du groupe Lorillard

  Dans le cadre de la “révolution industrielle” lancée par Thierry Luce, Lorillard a recruté en début[…]

10/07/2020 | StratégieLorillard
Malerba Distribution déploie son service de Drive

Malerba Distribution déploie son service de Drive

ProDevis Start d’Elcia dans la poche pour les artisans

ProDevis Start d’Elcia dans la poche pour les artisans

Griesser plébiscitée par les architectes suisses

Griesser plébiscitée par les architectes suisses

Plus d'articles