Nous suivre Stores & Fermetures

Patrice Bondy, directeur général de CAIB : « Notre groupe a joué collectif »

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

La profession au temps
de la Covid-19

Stores & Fermetures donne la parole aux acteurs de la filière.
L’annonce du confinement, ses effets sur la profession, comment les professionnels se sont organisés au temps de la Covid-19, leur capacité à réagir pour relancer l’activité le plus vite possible sans risque sanitaire, leur esprit d’innovation et de remise en question, les conséquences de la pandémie sur leur activité, leur vision de l’avenir à court et moyen... Ils se livrent.

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Patrice Bondy, directeur général de CAIB : « Notre groupe a joué collectif »

Concepteur-fabricant de menuiseries aluminium, PVC et bois-aluminium, la société CAIB – filiale du groupe Liébot – n’a été en arrêt complet que trois semaines et remonte en puissance sur la base du volontariat. Patrice Bondy, son directeur général, salue la réactivité de la profession mais aussi l’engagement de ses collaborateurs.

Quels ont été les effets de la pandémie et du confinement sur votre activité ?
Nos usines ont été en arrêt complet du 18 mars au 7 avril, puis en reprise partielle jusqu’au 11 Mai, date de la reprise totale.

Quelles mesures ont été prises dans votre organisation pour vous adapter à la situation et pourquoi ces choix ?
Toutes les personnes non éligibles au télétravail ont été placées en activité partielle à compter du 18 mars. Le 7 avril, les volontaires en production (30 % des effectifs) et les managers commerciaux ont repris avant le retour de tous (hors personnes à risque, gardes d’enfant et télétravail) le 11 Mai. Les équipes de vente ne reprendront à temps plein que fin mai.

Comment le personnel a-t-il réagi/participé à ce(s) dispositif(s) de crise ?
Globalement, très bien : les équipes ont compris la violence de la crise et la nécessité de se montrer exemplaires et solidaires.

Avez-vous demandé (et obtenu) des aides financières (PGE et autres) ?
Nous avons décalé nos charges sociales, mais pas de PGE pour l’instant.

Avez-vous eu des initiatives particulières : dons de masques ou matériels divers au personnel soignant ? Conception et fabrication de produits spécifiques, en dehors de votre activité habituelle ?
Le groupe Liébot a donné 7 000 masques aux CHU de la région. Nous avons pris l’engagement de ne pas licencier et nous payons nos fournisseurs sans aucun retard.

Comment s’est déroulé le redémarrage de l’activité ?
Notre filière fenêtre toute entière s’est mobilisée sous l’impulsion des syndicats professionnels. Les industriels ont donc pu organiser une reprise partielle (7 avril pour CAIB) puis totale, plutôt en avance sur le reste du bâtiment et cela devrait permettre de minimiser un peu les conséquences de la crise.

Quelles mesures et adaptations ont dû être prises en interne pour respecter les consignes sanitaires ?
Un lourd travail de sécurité sanitaire a été fait par nos équipes QHSE dans l’entreprise et la profession a bien réagi (avec la publication du guide OPPBTP). Toutes les zones et tous les postes ont été aménagés, et notre groupe a bien géré l’approvisionnement des masques. Notre philosophie : ne pas prendre plus de risques au travail qu’en restant chez soi !

Quelles sont les conséquences à court terme sur votre volume d’activité et vos ventes ? Ressentez-vous déjà des effets ? Comment envisagez-vous l’avenir à court et moyen terme ?
Nous anticipons un recul de nos ventes d’environ 20 % sur l’année. Tout dépendra du comportement du consommateur post-Covid. Si la confiance et l’appétence pour les travaux de rénovation reviennent, on peut espérer limiter la casse.

Qu’avez-vous appris durant cette période de crise sur votre process, sur les hommes et femmes qui travaillent avec vous ?
La réaction de la profession a été remarquable et salutaire. Dans notre entreprise la crise a été gérée, et plutôt avec succès, grâce à un engagement globalement fort des collaborateurs dont certains se sont totalement révélés à cette occasion. Notre groupe a joué collectif et cela nous a rendu plus résilients.

Certains changements effectués pendant la période de confinement vont-ils perdurer, parce que vous vous êtes aperçus qu’ils étaient bénéfiques pour l’entreprise ? Si oui, lesquels et pourquoi ?
Nous avons éprouvé notre capacité à travailler et à nous réunir à distance de façon efficace et cela restera un acquis. Nous réfléchirons sûrement plus avant de prendre ou faire prendre l’avion, le train ou la voiture à nos équipes et nos partenaires. Globalement, faire face ensemble à de tels événements sublime notre capacité à agir et soude encore un peu plus les équipes.

Propos recueillis par Véronique Cottier, mai 2020

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter flash Stores & Fermetures


RESPONSABLE BUREAU ETUDES DE PRIX (H/F)

VILLENEUVE LE ROI

RESPONSABLE BUREAU ETUDES DE PRIX (H/F)

HP BTP est une entreprise à taille humaine de 150 salariés qui intervient en...


INGENIEUR ETUDES DE PRIX (H/F)

VILLENEUVE LE ROI

INGENIEUR ETUDES DE PRIX (H/F)

HP BTP est une entreprise à taille humaine de 150 salariés qui intervient en...


Directeur d'exploitation adjoint H/F

VILLENEUVE LE ROI

Directeur d'exploitation adjoint H/F

HP BTP est une entreprise à taille humaine de 150 salariés qui intervient en...

Nous vous recommandons

L’UFME enrichit sa palette d’objets BIM génériques

L’UFME enrichit sa palette d’objets BIM génériques

  Pour répondre aux demandes remontées du terrain, l’UFME enrichit sa palette d’objets BIM génériques.[…]

02/06/2020 | ProfessionUFME
Angélique Longeray, vice-présidente Business Area France de Somfy : « la crise sanitaire va accélérer les grandes mutations déjà engagées »

Angélique Longeray, vice-présidente Business Area France de Somfy : « la crise sanitaire va accélérer les grandes mutations déjà engagées »

Stéphanie Lefèbvre, directrice générale de Gypass : « Nos salariés ont été exemplaires ».

Stéphanie Lefèbvre, directrice générale de Gypass : « Nos salariés ont été exemplaires ».

Jean-Marie Deslandes, responsable du marketing d’AMCC : « Les enjeux à moyen et long terme sont colossaux »

Jean-Marie Deslandes, responsable du marketing d’AMCC : « Les enjeux à moyen et long terme sont colossaux »

Plus d'articles