Nous suivre Stores & Fermetures

Manech Dillinger, directeur produit chez Grosfillex : « un vrai esprit de groupe et de solidarité »

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

 

La profession au temps
de la Covid-19

Stores & Fermetures donne la parole aux acteurs de la filière.
L’annonce du confinement, ses effets sur la profession, comment les professionnels se sont organisés au temps de la Covid-19, leur capacité à réagir pour relancer l’activité le plus vite possible sans risque sanitaire, leur esprit d’innovation et de remise en question, les conséquences de la pandémie sur leur activité, leur vision de l’avenir à court et moyen... Ils se livrent.

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Manech Dillinger, directeur produit chez Grosfillex : « un vrai esprit de groupe et de solidarité »

À la fois fabricant et distributeur multicanal, Grosfillex a dû gérer une multiplicité d’aspects liés au confinement, puis à la reprise de l’activité sur ses différentes typologies clients. Manech Dillinger, directeur produit, nous explique comment l’expérimentation de nouveaux outils, de nouveaux modes de travail et la motivation sans faille des salariés ont permis au groupe de passer la crise sanitaire.

Quels ont été les effets de la pandémie et du confinement sur votre activité ?

Sur l’activité industrielle et logistique, dès l’annonce officielle du confinement par les autorités, la chaîne d’approvisionnement s’est brusquement arrêtée avec nos  principaux fournisseurs, qui ont cessé leur activité dès le 17 mars. En début de semaine 11, une large partie du programme de livraison a été annulée et nombre de camions partis sont revenus sans avoir pu décharger faute de capacité/possibilité de réception chez les clients.

Sur l’activité commerciale de la vente aux particuliers, les clients de la GSB ont dû fermer leurs magasins et leurs plateformes logistiques, engorgées faute de livraison aux magasins, le 17 mars.

Le réseau des concessionnaires indépendants, composés de 110 magasins, a dû aussi se conformer aux instructions officielles. Ces activités ont donc cessé de manière immédiate : arrêt de l’activité commerciale, de la pose, fermeture des showrooms avec interdiction de recevoir les clients, mise en dormance des actions de dynamisation commerciale.

Sur l’activité commerciale du Bâtiment, dès les annonces gouvernementales, nous avons d’abord eu des annulations de livraisons, puis reçu des courriers des clients indiquant que les chantiers étaient fermés.

Quelles mesures ont été prises dans l’organisation de votre entreprise pour vous adapter à la situation ?

Pour l’usine de Montréal-la-Cluse (01), la situation au 18 mars a conduit la direction à recourir au chômage partiel à 100 %, dans un premier temps pour le personnel des équipes de nuit des ateliers de production et entrepôt, et à compter du 19 mars pour les autres équipes. Le reste du personnel a été placé en grande majorité en télétravail, quelques personnes sont restées présentes sur sites, le temps de terminer le travail en cours, puis nous avons eu recours dans certains cas au chômage partiel.

Nous avons par ailleurs nommé des référents Risques infectieux sur chaque site.

Pour les réseaux Grosfillex et Grosfillex Home, une partie des équipes a été mise en chômage partiel avec une reprise graduée à partir du 14 avril, l’autre partie était en télétravail.

Comment le personnel a-t-il réagi/participé à ce dispositif de crise ?

À la fermeture, le personnel a été rassuré devant les mesures prises par le Groupe. Lors de la reprise, il a bien accueilli le protocole sanitaire mis en place. D’ailleurs, nous remercions le personnel pour sa posture exemplaire durant cette période : excellent état d’esprit ; aucune défaillance et aucun absentéisme ; respect total du protocole sanitaire établi.

Quelques jours avant la reprise des activités, les représentants du personnel ont pu donner leur avis en visitant les sites avant leur réouverture. Tous ont émis un avis favorable pour le redémarrage des activités.

Avez-vous demandé (et obtenu) des aides financières (PGE et autres) ?

Le chômage partiel a été pris en charge et nous avons demandé un allègement de charges

Avez-vous eu des initiatives particulières : dons de masques ou matériel divers au personnel soignant ? Conception et fabrication de produits spécifiques, en dehors de votre activité habituelle ?

Des masques ont été donnés aux communes sur lesquelles nous sommes implantés ainsi qu’aux polices nationales et municipales, à la Gendarmerie nationale et aux sapeurs-pompiers. Nous avons également produit des visières de protection avec nos outils d’impression 3D pour l’usage interne.

Les concessionnaires ont-il pu poursuivre une activité de chantier ? De commercialisation ?

La poursuite de chantiers a été très limitée, car soumise à acceptation des clients finaux. Elle a été très restreinte au plus fort du confinement.

La commercialisation a elle-aussi été limitée, mais nous avons mis en place des outils d’aide à la vente en confinement, ainsi qu’un planning de formation quant à la maîtrise des “rudiments” de la vente à distance.

Quand et comment s’est déroulé le redémarrage de l’activité ?

La reprise partielle des activités du groupe Grosfillex-Arban est effective depuis le 14 avril. Pour l’usine de Montréal-la-Cluse, la reprise s’est fait progressivement : une équipe journée, environ 50 personnes ont repris l’activité. Étaient concernés : l’assemblage (PVC & alu), l’entrepôt (et flux), le transport, la maintenance et le service qualité. Le personnel non rappelé sur site est resté soit en télétravail, soit en chômage partiel, soit un mélange des deux.

Un point a été établi toutes les semaines pour procéder à des évolutions selon les besoins du groupe et faire revenir le personnel.

Pour l’activité chantier, nos agences Bâtiment ont entamé leur reprise dès le milieu de la semaine 17 et poursuivi sur la semaine 18 : en agences et sur chantiers une minorité, et plutôt en activité partielle pour les responsables d’agences, les conducteurs de travaux, et les techniciens d’étude chantier.

Un protocole sanitaire spécifique pour les agences bâtiment ainsi que pour l’activité sur chantier a été élaboré et validé.

Pour les concessionnaires du réseau, la reprise s’est déroulée de façon graduelle, avec le maintien d’un chômage partiel pour certaines équipes et une adaptation nécessaire au télétravail. Il a fallu appréhender les nouvelles méthodes d’approches commerciales avec un échange direct avec le client en mode “dématérialisé”, sans retour au contact physique.

Quelles mesures et adaptations ont dû être prises en interne pour respecter les différentes consignes sanitaires ?

La reprise a été mise en place dans des conditions sanitaires exceptionnelles et dans un respect scrupuleux de l’ensemble des préconisations émanant des autorités de l’État, de manière simultanée pour les deux entités Grosfillex et Arban, en partenariat et avec l’accord de nos syndicats.

Nous avons également mis en place un protocole sanitaire groupe avec des spécificités pour les agences travaux et les sites de production.

L’objectif est de garantir au maximum le respect des gestes barrières édictés par Santé publique France et le ministère de la Solidarité et de la Santé au travers de dispositions techniques et organisationnelles (marquages au sol, prise de température, protections individuelles comme masques, lunettes et gants). Des changements dans l‘organisation ont été opérés pour éviter les croisements de personnel aux accès site mais également dans les vestiaires.

Quelles sont les conséquences à court terme sur votre volume d’activité et vos ventes ? Comment envisagez-vous l’avenir à moyen terme ?

Sur l’activité chantier neuf, il y a eu report des prises de commande et de la facturation. Il y a eu une période d’attente des décisions gouvernementales pour l‘aide à la reprise d’activité pour la construction.

Pour le réseau d’installateurs Grosfillex, nous avons constaté un recul sur le versant prise de commande.

Qu’avez-vous appris durant cette période de crise sur votre process, sur les hommes et femmes qui travaillent avec vous ?

Que l’entreprise peut faire preuve de grande adaptabilité. Le télétravail fut un process inédit et un beau challenge pour le service IT ! Nous avons été capables de maintenir un minimum d’activité à distance, le personnel s’est adapté facilement et cela a développé un vrai esprit de groupe et de solidarité au sein des activités.

De façon générale, le télétravail a été apprécié.
C’est également vrai pour le réseau de concessionnaires où le télétravail s’est révélé performant et productif. Néanmoins, une stratégie de réadaptation des méthodes de travail s’est avérée nécessaire et nous avons aussi découvert une possibilité d’approcher une partie des sujets/projets par voies informatiques, par visioconférence notamment.

Certains changements effectués pendant la période de confinement vont-ils perdurer, parce que vous vous êtes aperçus qu’ils étaient bénéfiques pour l’entreprise ?

Oui. La pratique du télétravail. En outre, les gestes barrières seront plus régulièrement appliqués et améliorés (essuie-main, utilisation des locaux).

Du côté du réseau, nous avons mis en place de nouvelles sessions de formation liées à la vente à distance, ainsi qu’un nouvel outil Extranet afin d’améliorer les interactions concessionnaire/concédant.

Propos recueillis par Véronique Cottier mi-mai 2020

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter flash Stores & Fermetures


RESPONSABLE BUREAU ETUDES DE PRIX (H/F)

VILLENEUVE LE ROI

RESPONSABLE BUREAU ETUDES DE PRIX (H/F)

HP BTP est une entreprise à taille humaine de 150 salariés qui intervient en...


INGENIEUR ETUDES DE PRIX (H/F)

VILLENEUVE LE ROI

INGENIEUR ETUDES DE PRIX (H/F)

HP BTP est une entreprise à taille humaine de 150 salariés qui intervient en...


Directeur d'exploitation adjoint H/F

VILLENEUVE LE ROI

Directeur d'exploitation adjoint H/F

HP BTP est une entreprise à taille humaine de 150 salariés qui intervient en...

Nous vous recommandons

Emmanuel Le Coz, directeur général de Minco : « nos équipes sont à 110 % en juillet »

Emmanuel Le Coz, directeur général de Minco : « nos équipes sont à 110 % en juillet »

Une bonne anticipation de la crise sanitaire et une campagne de communication audacieuse sur le thème de l'innovation permettent à[…]

03/07/2020 | CommunicationMinco
Deceuninck SAS rejoint la French Fab

Deceuninck SAS rejoint la French Fab

Sven Mauthe, nouveau responsable marketing de Lakal

Sven Mauthe, nouveau responsable marketing de Lakal

Kadoor de Thirard, l’ouvre-porte au pied

Kadoor de Thirard, l’ouvre-porte au pied

Plus d'articles