Nous suivre Stores & Fermetures

Jean-Gabriel Creton, président d’Euradif : « Nous gérons sans réelle visibilité sur la suite »

La rédaction

Mis à jour le 29/05/2020 à 11h34

Sujets relatifs :

, ,

 

La profession au temps
de la Covid-19

Stores & Fermetures donne la parole aux acteurs de la filière.
L’annonce du confinement, ses effets sur la profession, comment les professionnels se sont organisés au temps de la Covid-19, leur capacité à réagir pour relancer l’activité le plus vite possible sans risque sanitaire, leur esprit d’innovation et de remise en question, les conséquences de la pandémie sur leur activité, leur vision de l’avenir à court et moyen... Ils se livrent.

 

 

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Jean-Gabriel Creton, président d’Euradif : « Nous gérons sans réelle visibilité sur la suite »

Euradif, spécialiste des portes monoblocs, ouvrants et panneaux, avait anticipé la période de confinement et de cessation d’activité. Avec la reprise à un niveau aujourd’hui quasi normal, l’entreprise doit cependant composer avec l’incertitude des réactions des consommateurs, comme nous l’explique son président, Jean-Gabriel Creton.

Quels ont été les effets de la pandémie et du confinement sur votre activité ?

Nous avons fermé l’entreprise le 17 mars à midi, comme la plupart de nos confrères.

La réouverture de notre site de Béthune (62) a eu lieu le 27 avril avec un effectif de production à 50 %. Le 4 mai, nous rappelions la quasi-totalité de l’effectif qui a répondu présent. L’activité est portée par notre carnet de commandes du premier trimestre pour les six semaines à venir. Nous notons tout de même une augmentation constante des volumes sur toutes les familles de produits. C’est plutôt encourageant.

Quelles mesures ont été prises dans l’organisation de votre entreprise pour vous adapter à la situation ?

Les systèmes d’information et le bureau d’études ont pu travailler dès le début du confinement en télétravail, tout comme l’ensemble des postes dirigeants de l’entreprise. La grosse majorité de nos collaborateurs a été placée en chômage partiel.

Comment le personnel a-t-il réagi/participé à ce(s) dispositif(s) de crise ?

Dès le début du mois de mars, nous avions mis en place un comité Covid-19 en interne, constitué d’une dizaine de cadres de tous les secteurs de l’entreprise : QSE, commerce, achat/appro, finances, systèmes d’information, communication… Les objectifs étaient multiples. D’abord, il s’agissait de rassurer nos salariés sur la situation, soit par visio-conférence, soit par e-mail ou texto. Ensuite, il a fallu rapidement sécuriser l’aspect financier lié à notre absence d’activité immédiate d’une part, et d’autre part d’une reprise qui ne se ferait que progressivement.

Enfin, et non des moindres, mesurer l’activité de notre secteur, de manière quotidienne.

Sur le plan commercial, il nous fallait savoir si nos clients avaient repris l’activité. Une veille permanente auprès de nos clients a été opérée pour établir une cartographie de l’activité la plus fine possible. Sur le plan achats/approvisionnements, nous devions savoir si nos fournisseurs étaient en capacité de nous livrer.

Mêmes questions sur le plan logistique, nos transporteurs pouvaient-ils retirer les marchandises et les livrer ? Tout au moins chez les clients en mesure de les réceptionner. Nous avons évalué cela dans le détail. Un travail de fourmis !

Le résultat de ces différents travaux a permis à la direction de l’industrie de piloter les différents scénarios de reprise d’activité.

Avez-vous demandé des aides financières ?

Comme toutes les entreprises, nous le supposons, nous avons organisé nos reports de charges, d’emprunts, et avons négocié également un PGE, que nous espérons rembourser par anticipation en 2021 et 2022.

Avez-vous eu des initiatives particulières : dons de masques ou matériel divers au personnel soignant ?

Nous avons livré deux fois 1 000 masques et des boîtes de chocolats aux personnels soignants d’hôpitaux locaux.

Quand et comment s’est déroulé le redémarrage de l’activité ?

Le redémarrage s’est très bien passé car nous y avons beaucoup travaillé en amont, chaque jour. Nous avons relancé la production à 50 % le 27 avril. Aujourd’hui, mi-mai, l’équipe est quasiment au complet.

Quelles mesures et adaptations ont dû être prises en interne pour respecter les différentes consignes sanitaires ?

La sécurité des salariés a été l’enjeu absolu de notre reprise d’activité. Nous avions approvisionné les équipements de sécurité en amont, à savoir deux masques par jour par salarié, des gants et du gel hydro-alcoolique en quantité suffisante. Un protocole sanitaire rigoureux est en place : lavage de mains régulier, aménagement du réfectoire, de l’open space, ainsi que des postes de production concernés, affichages et signalétiques. Depuis la fin du confinement, nous avons mis en place des procédures relatives à l’accueil des transporteurs et des visiteurs.

Quelles sont les conséquences à court terme sur votre volume d’activité et vos ventes ? Comment envisagez-vous l’avenir à court et moyen terme ?

Rappelons que nos produits, portes, ouvrants et panneaux sont destinés à des maisons résidentielles. Nous gérons sans réelle visibilité sur la suite compte tenu de l’incertitude du comportement des consommateurs. Soyons optimistes et imaginons que le fait d’avoir passé prês de deux mois dans son logement va engendrer une volonté de rénovation chez le particulier.

Qu’avez-vous appris durant cette période de crise sur votre process, sur les hommes et femmes qui travaillent avec vous ?

Cette période n’a fait que confirmer ce que je savais déjà, c’est-à-dire le professionnalisme de nos équipes dont je salue une nouvelle fois le dévouement et la pro-activité.

Certains changements effectués pendant la période de confinement vont-ils perdurer ?

Nous avons pris goût à la visio-conférence, ce qui nous permet de voir nos interlocuteurs, cela est quand même plus convivial qu’une réunion téléphonique.

Nous avons également pu vérifier les avantages (et les inconvénients parfois) du télétravail. Enfin, l’analyse de la gestuelle aux postes de travail nous a beaucoup appris quant à la gestion de l’espace, et de la démarche d’optimisation.

Propos recueillis par Véronique Cottier – mi-mai 2020

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter flash Stores & Fermetures


RESPONSABLE BUREAU ETUDES DE PRIX (H/F)

VILLENEUVE LE ROI

RESPONSABLE BUREAU ETUDES DE PRIX (H/F)

HP BTP est une entreprise à taille humaine de 150 salariés qui intervient en...


INGENIEUR ETUDES DE PRIX (H/F)

VILLENEUVE LE ROI

INGENIEUR ETUDES DE PRIX (H/F)

HP BTP est une entreprise à taille humaine de 150 salariés qui intervient en...


Directeur d'exploitation adjoint H/F

VILLENEUVE LE ROI

Directeur d'exploitation adjoint H/F

HP BTP est une entreprise à taille humaine de 150 salariés qui intervient en...

Nous vous recommandons

Emmanuel Le Coz, directeur général de Minco : « nos équipes sont à 110 % en juillet »

Emmanuel Le Coz, directeur général de Minco : « nos équipes sont à 110 % en juillet »

Une bonne anticipation de la crise sanitaire et une campagne de communication audacieuse sur le thème de l'innovation permettent à[…]

03/07/2020 | CommunicationMinco
Deceuninck SAS rejoint la French Fab

Deceuninck SAS rejoint la French Fab

Sven Mauthe, nouveau responsable marketing de Lakal

Sven Mauthe, nouveau responsable marketing de Lakal

Kadoor de Thirard, l’ouvre-porte au pied

Kadoor de Thirard, l’ouvre-porte au pied

Plus d'articles